Lucia
Ronchetti

Texts
2013
La chronique
Lucia Ronchetti, Singing is fun!

Si Renata Scotto a été une reine du belcanto, elle s’est aussi frottée au drame wagnérien ou à l’opéra straussien (Le Chevalier à la Rose). On découvre en lisant sa biographie qu’elle interpréta « La Voix humaine » de Francis Poulenc ou de Carlo Menotti « The Medium ». En concert à Turin elle interpréta également le monogramme d’Arnold Schoenberg, « Erwartung ». La compositrice Lucia Ronchetti pourrait comme la grande Renata Scotto proclamer sur tous les tons : « Singing is fun ! ». Lucia Ronchetti vient de souffler en février dernier ses 50 bougies. Romaine, le drame lyrique lui va comme un gant. Sa première œuvre scénique « Le Nez », composée en 1994 d’après la nouvelle de Gogol mettait en scène des marionnettes. Depuis, elle n’a plus quitté la scène lyrique. Aujourd’hui, elle réinvente l’opéra de chambre où elle mêle des voix capable de passer en un tour de main de l’aria au chant a cappella. Elle fait la synthèse entre le théâtre musical à la française et l’opéra. Elève de Gérard Grisey, elle a également fait un cursus informatique musical à l’Irma. Aujourd’hui elle est à la pointe du renouveau de l’opéra où elle redonne au livret une place centrale.

Cette première monographie qui lui est consacrée, « Drammaturgie », gravée par le label autrichien Kairos propose 4 œuvres lyriques : Hombre de mucha gravedad, Pinocchio, una storia parrallela, Hamel’s Mill et Anatra al sal. Les interprètes du Neue Vocalisten Stuttgart sont parfaits dans la forme de l’opéra madrigalesque développé par Luciano Berio. Lucia Ronchetti rappelle par son titre « Drammaturgie » une des clefs de la réussite d’une œuvre lyrique, une bonne articulation du récit avec le chant et la scène.

Elle vient de réaliser un nouvel opéra de chambre « Ravel unravel » dont on pourrait traduire « to ravel » par « emmêler » et « unravel » « démêler ». Le plus surprenant est que le Pavillon français de la Biennale de Venise qui vient de s’ouvrir a pour titre « Ravel Ravel unravel », elle est l’œuvre de l’artiste multimédia albanais Anri Sala.

Deux occasions pour aller cet été en Italie.


Last updated on